Les Hérissons ne baissent jamais la tête.... ....sinon ils roulent !  
  Le Club
 Le Stade
 Le Maillot
 La Boutique
 La Mascotte
 Les Sponsors
 Les Supporters
  Les Joueurs
 Les Hérissons
 Les Juniors
 Les Blessés
  La Saison 73
 Actualités
 Le Calendrier
 Le Classement
 Les Buteurs
  Les Zanimos 
 Le Site
 La Coupe
  La Nature  
 Le Pingouin
 Le Hérisson
  Autres Pages
 Les Amis
 Livre d'Or
 Quelques Liens
  Notre Passé
  
  Félix Le Chat


























On y a cru jusqu'au bout ! 15/01/2020 
Au moment d'escalader les dernières marches de la saison, les Hérissons savaient que seul un miracle pourrait les sauver de la relégation. La première étape les invitait à rendre visite au Corcelles United et on put rapidement juger de leur détermination car ils inscrivaient deux buts en première période par l'intenable Daniel Quénard et Charles Lantz contre un seul pour leurs adversaires. Après le repos, on assistait au même scénario avec Jérémie Morel et Daniel Quénard dans les rôles des buteurs, ce dernier nous gratifiant même d'un magnifique ciseau retourné qui lui valait les applaudissements du stade tout entier. Le dernier quart d'heure voyait les joueurs locaux réduire l'écart à deux reprises, mais trop tard pour empêcher les Hérissons de l'emporter 4 - 3 et de commencer à croire au miracle. Le samedi suivant, il ne restait plus une place de libre dans le Jardin des Hérissons et le ciel nuageaux n'empêchait pas l'ambiance des grands jours de s'installer dans les tribunes. Forts de leur statut de leader, les Julots Boys ouvraient rapidement le score mais Charles Lantz ne tardait pas à égaliser, puis c'est Frank Hérisson qui marquait d'un tir tendu (notre photo) dans un euphorie impossible à décrire. Piqués au vif, les visiteurs égalisaient dans la foulée au terme d'une magnifique action


collective, mais il était écrit que les Hérissons devaient regagner les vestiaires en menant au score : après avoir obtenu un penalty, Daniel Quénard se faisait justice lui-même et soulevait un tonnerre d'applaudissements. En seconde période, les Julots Boys montraient que leur place de leader ne devait rien au hasard et ils privaient nos amis de ballons, ce qui leur permettait d'égaliser une nouvelle fois à l'heure de jeu. Le tenace Thomas Bally tentait bien de marquer à son tour, mais la barre transversale en décidait autrement et ce sont finalement les visiteurs qui avaient le dernier mot en inscrivant le but victorieux dans les dix dernières minutes. Finalement défaits 3 - 4 après avoir mené un combat homérique contre un adversaire vraiment trop fort, les Hérissons devaient accepter la relégation mais on ne pourra rien leur reprocher sur les dernières journées car ils ont lutté avec une vaillance peu commune. Du reste, le public du Jardin des Hérissons ne s'y trompait pas et les acclamait longuement à la fin du match pour les remercier du magnifique spectacle offert. On y aura vraiment cru jusqu'au bout !
Un petit commentaire ?
Bonne année à tous ! 01/01/2020 

Bonne et Heureuse Année 2020
Un petit commentaire ? (1)
Une mince lueur d'espoir.... 01/01/2020 
Voyant le spectre de la relégation s'approcher à grands pas, les Hérissons n'en restent pas moins persuadés que le jeu offensif est la seule solution qui s'offre à eux. Dans cette optique, ils avaient décdé d'opposer une formation résolument tournée vers l'avant pour rendre visite au Sporting Parigné qui, on s'en souvient, les avait lourdement battus au match aller. Cette fois, on allait entendre une autre musique car c'est Jérémie Morel qui s'offrait la première occasion, puis c'est Stéphane Poirot qui ouvrait le score devant un public médusé. Un peu véxés, les joueurs locaux devaient attendre l'heure de jeu pour égaliser, puis ils prenaient l'avantage mais un penalty transformé par Daniel Quénard remettait les deux équipes à égalité. On commençait alors à croire que les Hérissons allaient ramener un point de ce déplacement, mais les toutes dernières minutes furent fatales avec un dernier but pour le Sporting Parigné et c'est une courte mais cruelle défaite 2 - 3 qui sanctionnait les efforts de nos amis. Malgré tout, le coach Fawzi Dimassi refusait de se laisser abattre et il reconduisait la même équipe pour recevoir


Fatal Ricard dans un Jardin des Hérissons bien rempli. Le redoutable buteur adverse jetait un froid dans les tribunes en inscrivant un doublé en première période, mais l'intenable Stéphane Poirot réduisait l'écart juste avant la pause (notre photo) et les acclamations des supporters galvanisaient nos amis qui redoublaient d'efforts après le repos. La sortie sur blessure de Charles Lantz à l'heure de jeu laissait entrevoir le pire, mais Fabrice Cherrier multipliait les arrêts décisifs et, dans les dernières minutes, un coup franc idéalement placé permettait à Daniel Quénard d'égaliser d'un tir somptueux. C'était l'euphorie dans les tribunes et les Hérissons avaient le sentiment que leurs efforts leur avaient enfin permis de revenir de loin, même si ce match nul 2 - 2 risque d'être insuffisant pour les sauver de la relégation. Malgré tout, il subsiste une mince lueur d'espoir et, en ce début d'année, on saura s'en contenter !
Un petit commentaire ? (1)
Ça devient vraiment compliqué.... 19/12/2019 
Arrivés au tournant de la saison avec un bilan vraiment faible, les Hérissons voyaient arriver la double confrontation avec le FC Larmorien d'un œil circonspect : il faut dire que cette équipe joue bien et occupe de façon méritée une place enviable au classement. Au match aller, les supporters qui avaient fait le déplacement assistaient au premier match de Thomas Bally sous le maillot des Hérissons et ses premières actions lui permettaient de montrer l'étendue de son talent. Très actif au milieu du terrain (notre photo) il permettait aux Hérissons d'opposer une belle résistance face aux attaques de l'équipe locale et Fabrice Cherrier réussissait une parade décisive pour conserver son but intact en première période. Hélas, à force de batailler, la fatigue finissait par se faire sentir et le FC Larmorien en profitait pour inscrire deux buts dans les vingt dernières minutes, infligeant une cruelle défaite 0 - 2 à nos infortunés amis. Au match retour, le


ciel sombre qui planait au dessus du Jardin des Hérissons annonçait la couleur et ce sont les visiteurs qui ouvraient le score après une demie heure de jeu. On reprenait espoir quand Yves Le Hegarat égalisait après une percée sur le côté gauche, mais les visiteurs faisaient preuve d'une belle efficacité en ajoutant deux buts avant la pause. Au retour des vestiaires, Stéphane Poirot faisait admirer son côté imprévisible en réduisant l'écart et on commençait presque à y croire, mais un dernier but des visiteurs scellait définitivement le sort du match. Finalement défaits 2 - 4 malgré tous leurs efforts, les Hérissons voient leur situation devenir vraiment compliqués et il faudrait maintenant un miracle pour accrocher une place de barragiste....
Un petit commentaire ? (1)
Du grand n'importe quoi ! 04/12/2019 
Jouer au football implique de gagner certains matches et en perdre certains autres, une réalité sportive que les Hérissons ont accepté depuis longtemps. Encore faut-il avoir la possibilité de jouer, histoire de proposer à l'adversaire une opposition digne de ce nom au club adverse, une possibilité que nos amis n'ont pas eu lors de leurs deux dernières rencontres. En rendant visite
au Fatal Ricard sans avoir pris soin de se munir d'alcootests, on se doutait bien qu'on prenait un risque, mais on se disait que le match allait tout de même être intéressant à suivre.... il n'en fut rien : posés sur le terrain comme des piquets de slalom, les Hérissons n'ont absolument servi à rien dans cette rencontre car le moteur du jeu avait tout simplement décidé de ne pas leur offrir la moindre occasion. À un moment, on reprit espoir en entendant le nom de Patrice Séchet dans les haut-parleurs du stade, mais c'était pour annoncer sa sortie sur blessure. Autant dire que l'équipe locale a eu beau jeu, si l'on ose dire, de planter quelques buts et la défaite 0 - 5 était aussi difficile à digérer qu'un apéritif trop fortement dosé. Récement arrivé au club, le vaillant Jérémie Paillart commençait à se demander ce qu'il était venu faire dans cette galère et la mine déconfite qu'il arborait en sortant du terrain (notre photo) en disait long sur son désarroi. Le staff technique essayait de se consoler en se disant que le match suivant contre le Sporting Parigné ne pouvait pas être pire, mais ça allait pourtant être le cas : dans un Jardin des Hérissons moyennement rempli et sous un ciel sombre et nuageux, les Hérissons allaient une nouvelle fois se voir refuser le droit de jouer. On peut se demander à quoi ça sert d'aligner des joueurs si c'est pour que le moteur du jeu ne leur offre pas la moindre occasion de montrer leur talent.... maigre consolation : au moins cette fois, il n'y a eu aucun blessé à déplorer. Pour le reste, le score de 0 - 6 encaissé à domicile parle de lui-même et on ne trouvera rien d'autre à dire sur ce match qui n'a pas vraiment eu lieu. On s'attendait à une saison difficile mais jouable et à la place, on a juste droit à du grand n'importe quoi !
Un petit commentaire ?
 
Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91